Les chemins de la liberté randonnée Pyrénées | Trekking entre l'Ariège et la Catalogne

Les chemins de la liberté. L’histoire réelle


Les chemins de la liberté. L’histoire réelle

que n’a pas été racontée dans notre trekking Pyrénées

Cet article donne plus de détails sur l’histoire racontée dans le voyage les chemins de la liberté, entre les Pyrénées Ariégeoises et la Catalogne. Je vous conseille de le lire avant.

 

Des juifs s’échappent en suivant le chemin de la liberté aidés par Jeanne et son père, Jean Pierre.

Les membres du groupe conduits par Jeanne Rogalle (nom de Jeanne après son mariage avec Jean-Baptiste Rogalle) sont les suivants :

— Joseph et Philippe Meljado, hollandais de 20 et 16 ans.

— Sauna (20 ans) et Henna (33 ans), polonais.

— Abraham Shilansky (40 ans)

— Elias Zomerplaag (17 ans), hollandais.

— Gerrit Van Geuns (41 ans), Duifge Van Geuns (40 ans) et leur fils Marcel (13 ans), hollandais

Les parents des frères Meljado essayèrent d’échapper quelques semaines plus tard mais ils furent capturés par les Allemands. Les frères Meljado, avec Elias, partirent en Jamaïque mais, après la fin de la Deuxième Guerre Mondiale, ils sont rentrés en Belgique.

Au moment de prendre congé de Jeanne et de son père, Elias leur a donné une lettre où il conseillait à ses parents de ne pas traverser les Pyrénées parce que c’était très dangereux.

Les allemands envoyèrent les parents d’Elias au camp de concentration de Drancy. Comme la mère d’Elias put prouver qu’elle n’était pas juive, elle fut alors libérée avec son fis. Mais Bartend, le père d’Elias, fut obligé de travailler pour les allemands sur l’île d’Alderney pendant deux ans. Puis, il fut déporté en Allemagne en 1944. Heureusement, lors du voyage il sauta du train et s’échappa.

Lors de leur échappée et avant de passer la frontière, un des membres du groupe de Jean-Pierre lui confia une lettre.  Quelques jours après, un homme arriva chez les Agouau pour la prendre. Ce jour-là Aulus-les-Bains était toute blanc après une forte chute de neige le jour antérieur.

Les chemins de la liberté. L'histoire réelle | Entre l'Ariège et la Catalogne

Lacs Romedo

Le père de Jeanne et l’homme s’assirent à côté de la cheminée. Après avoir lu la lettre, l’homme dit « Cette traversée avait dû être dure ». Alors, Jean-Pierre, le père de Jeanne, raconta à l’homme l’histoire de la traversée des Pyrénées. Au moment de partir,  il serra la main de Jean-Pierre, le remercia de son aide aider et lui donna une petite somme d’argent.

 

 

Le groupe de Jean-Baptiste suit aussi le chemin

Le groupe encadré par Jean-Baptiste comprenait Claude Henle – le bébé- ; ses parents Hans (35 ans) et Laura (38 ans) ; et sa grand-mère (66 ans)

Claude est né à Sant-Gaudens (Haute-Garonne) pendant la fuite de ses parents.

 

Jeanne raconte son histoire sur les chemins de la liberté

Le frère de Jeanne, un soldat français, est arrêté par les Allemands en 1940. C’est pour ça que Jeanne voulait toujours aider les gens en danger, surtout les juifs.

Après la guerre quelques passeurs ont été récompensés mais la plupart sont restés dans l’anonymat. À Aulus-les-Bains personne ne parlait de ces voyages dangereux pour aider les gens à traverser les Pyrénées.

Mais, peu à peu, Jeanne a commencé à raconter son histoire. Elle voulait savoir ce qui était arrivé à la famille Henle, surtout à Claude, le bébé. Avaient-ils été obligés de retourner en France ? Étaient-ils vivants ?

Les chemins de la liberté. L'histoire réelle | Entre l'Ariège et la Catalogne

Jeanne Rogalle et ses parents en 1942 – Archives famille Rogalle

Finalement, en 2000, Jeanne a écrit son histoire sur Internet. Par chance, sur une base de données française, quelqu’un a trouvé la famille Henle entre les prisonniers de la prison de Sort, un village des Pyrénées catalanes, et de cette manière le nom du bébé a été découvert.

La communauté juive trouva une lettre que Hans Henle avait envoyée dans les années 50 à son cousin. La lettre disait qu’ils étaient au Canada. En 2003 Hans Henle est contacté au Canada et ensuite tout va très vite : en  Juillet 2004 un rendez-vous émouvant entre Jeanne et Jean-Claude est organisé à Aulus-les-Bains.

Claude avait quatre enfants et était grand-père. Les parents de Claude avaient toujours eu envie de retourner à Aulus-les-Bains mais quand finalement ils se sont décidés, Hans avait déjà 80 ans et ne pouvait plus voyager.

Jeanne Rogalle est mort en août 2015. Elle avait 93 ans, 5 enfants et était arrière-grand-mère.

En plus de recevoir la Légion d’honneur, Jeanne, son mari et son père ont été honorés comment Justes parmi les nations, par l’organisation Yad Vashem en octobre 2005.


Fondateur de TrekPyrenees et Guide de Montagne, Miguel est aussi diplomé en Informatique et MBA. Amoureux des montagnes, il veut vous faire partager sa passion. Miguel parle 4 langues, aime la photographie, l'art roman et le vin!! Il connait très bien les Pyrénées ainsi que les autres montagnes de la Catalogne.

Aucun commentaire

Réagir à cet article

8 × = 8